• Guimps

    Guimps

     

    Commune de Guimps

    Située à l'extrémité occidentale du canton, la commune de Guimps produisait autrefois, en grande quantité, des vins estimés. Aussi la disparition du vignoble lui-a-t-elle porté un très grave préjudice et sa population, qui dépassait encore mille habitants dans le dernier quart du dix-neuvième siècle, est-elle descendue, lors du dernier recensement (2011),  au chiffre de  quatre-cent-soixante-quatorze habitants.

    Guimps

    Depuis la reconstitution  du vignoble, quelques plantations nouvelles ont été faites ; mais elles sont peu nombreuses et se répartisent seulement sur une étendue de cinquante-cinq hectares. La commune de Guimps est traversée, de l'est à l'ouest, par le Trèfle, qui rejoint, un peu au-dessous du bourg de Guimps par le Petit-Nouzillac, Les vallées de ces deux cours d'eau sont fertiles et renferment de bonnes prairies. Près de mille hectares sont consacrés à la culture des céréales et des plantes sarclées.

    Plusieurs moulins à eau étaient mis en mouvement par le Trèfle et quelques moulins à vent dressaient leurs ailes au sommet des collines. La principale voie de communication de la commune de Guimps est la route de Barbezieux à Jonzac ( route départementale n°3 de Barbezieux à Port-Maubert). Un chemin d'intérêt commun, qui dessert le bourg de Guimps, se détache de cette route, et se dirige, au nord, vers la commune de Barret et au sud, vers le bourg de Lamérac. De nombreux chemins vicinaux ordinaires sillonnent la commune en tous sens. Le petit bourg de Guimps ( 474 hab.), à huit kilomètres ouest de Barbezieux est agréablement situé sur la rive droite du Trèfle. Il possédait autrefois un château dont il subsiste une tourelle assez bien restaurée. Cétait la propriété de la famille Cosson, dont un menbre, Louis Cosson, fut maire d'Angoulême pendant plus de sept ans, au dix-huitième siècle.

    Guimps

    L'église de Guimps est une église romane, qui a été retouchée à différentes époques. On y remarque une  épitaphe très curieuse. C'est celle d'un ancien curé, Gascon d'origine, mais saint de profession et absolument recommandable par ses vertus sacerdotales. Il s'appelait Jean Demenise et il mourut en 1630. l'église de Guimps était autrefois le siège d'un prieuré-cure dépendant de l'abbaye de Baignes. Près du petit hameau de Chillaud, on a trouvé de nombreux vestige laissant supposer l'existence, en cet endroit, de villas romaines. Les villages sont nombreux dans la commune de Guimps ; mais, comme dans la commune voisine de Montchaude, la plupart sont peu importants.

    Documentations : Historique et communale de la Charente. J. Martin-Buchey de 1914-1917