• Genté

    Genté

     

    Cartes anciennes

     

    Commune de Genté

    Genté

    L'histoire de Genté se confond avec celle de la commune voisine de Salles-d'Angles, dont Genté a toujours suivi les destinées. Cependant, de 1675 à 1754, la terre de Genté fut séparée de celle de Salles. En effet, en 1675, le comte de Brassac aliéna, sous faculté de rachat, la terre de Genté à Christophe Giraud, écuyer, seigneur de Bois-Charente, qui, en 1693, en fit cession à M.Philippe Guillet, avocat du roi.

    Genté

    C'est seulement le 6 juillet 1754 que Mme la princesse de Chalais, devenue propriétaire de Salles et de Genté, racheta cette dernière terre de la veuve de M. Guillet et de son fils, Pierre Guillet, curé de Cherves.

    Genté

    Le nord de la commune de Genté présente une vaste plaine bornée au sud par une série de coteaux élevés, d'où la vue s'étend au loin sur la ville de Cognac et sur la vallée de la Charente. C'est une commune essentiellement agricole, où l'on trouve ni bois ni cours d'eau; la vigne en fait la principale richesse. C'est un des crûs les plus renommés de la Grande Champagne ; les eaux-de-vie qu'on y récolte sont parmi les plus réputées. On y remarque plusieurs belles propriétés, parmi lesquelles nous citerons celle de La Couture, appartenant à l'honorable ancien maire de la commune, M. Pelietant et celle de Marville, à M. Boulinaud.

    Genté

    La commune de Genté est limitée à l'est par la route de Cognac à Segonzac ( chemin de grande communication n°24 de Barbezieux à Macqueville), et à l'ouest par la route de Cognac à Saint-Fort ( route départementale N°2 d'Aubeterre à Saint-Jean d'Angély). Un chemin d'intérêt commun, qui unit ces deux routes, dessert le bourg de Genté.

    Genté

     

    L'ancienne voie romaine de Saintes à Périgueux ( chemin Boisné) sépare, au nord, la commune de Genté de celle de Châteaubernard. Cette commune est également desservie par la petite ligne d'intérêt local de Cognac à Segonzac.

    Genté

    Le bourg de Genté ( 903 hab.), à huit kilomêtres ouest de Segonzac et huit kilomêtres de Cognac, est construit au sommet des collines qui couvrent le sud de la commune. On peut y joindre les hameaux voisins de la vallade, de nonac, et du Maine-à-Pitay, qui sont tout proches du bourg. Nonac était le siège d'un fief qui, au seizième siècle, appartenait à la famille de Saint-Marsault.

    Genté

    L'église de Genté, fondée vers le milieu du onzième siècle, fut donnée, en même temps que celles de Saint-Laurent et de Saint-Sulpice, à l'abbaye d'Ebreuil. Plus tard elle fut réunie au prieuré de Saint-Léger de Cognac. Le portail, en plein cintre, est à trois voussures avec une archivolte à rosaces retombant sur trois piliers.

    Genté

    Il est surmonté d'une corniche, dont les sculptures représentent une suite d'animaux symboliques.

    Cette église se termine par un sanctuaire ogival. Le clocher comprend un seul étage, dont chaque face possède deux fenêtres d'ogive romane, séparées par trois colonnes engagées. Sous le transept nord est une crypte voûtée en ogive.

    Genté

    A Marville est dans le champ d'expérience de la station viticole de Cognac.

    Documentation: J. Martin-Buchey ancien professeur d'histoire. 1914-1917

    Genté

     

    Genté

     

    Genté

     

    Genté

     

     

    Genté