• Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

    Photos  1er mai 2016

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Criteuil-la-Magdeleine

    Cartes  anciennes

     

    Criteuil-la-Magdeleine

     

     

     

     Commune de Criteuil-la-Magdeleine

    Située dans l'angle sud-est du canton de Segonzac, la commune de Criteuil occupe un plateau peu élevé, s'abaissant, au sud, vers le Né, et au nord, vers le ruisseau du Collinaud. Ces deux cours d'eau servent de limite à la commune, le Né au sud, et le ruisseau du Collinaud au nord. Ce dernier ruisseau rejoint le Né dans l'ouest de la commune.

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    La commune de Criteuil-la-Magdeleine est formée par la réunion, vers le milieu du dix-neuvième siècle, des deux anciennes paroisses de Criteuil et de la Magdeleine. C'est encore une contrée fertile où la vigne donne d'excellents produits et où de magnifiques prairies s'étende le long des vallées, et principalement dans la vallée du Né.

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    L'industrie était représentée par plusieurs moulins mûs par le Né. La partie occidentale de la commune est parcourue par la route de Châteauneuf à Archiac ( chemin de grande communication n°12 de Chasseneuil à Archiac). Le reste du territoire est desservi par plusieurs chemins d'intérêt commun dont l'un suit toute la vallée du Né et les deux autres, se détachant de ce dernier, se dirigent vers Ambleville et vers Lignières. De nombreux chemins vicinaux ordinaires complètent ce réseau.

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    La terre de Criteuil dépendait de la prévôté royale de Bouteville. En temps de guerre, les habitants devaient contribuer à la défense de ce château ; mais, par compensation, ils avaient le droit de s'y réfugier avec leurs familles, pendant tout le temps que l'ennemi occupait la contrée.

    Il n'y avait pas de château à Criteuil ; mais la paroisse possédait trois logis: La Mothe, l'Epine et Barbe.

     

    Criteuil-la-Magdeleine

    Le logis de la Mothe appartient pendant plusieurs siècles à une famille Marchand, dont plusieurs menbres servirent à la guerre. Jacques Marchand, qui vivait sous le règne du roi Henri II, obtint de ce roi, 1556, des lettres-patentes, lui permettant de changer son nom en celui de M.  de la Mothe.

    Au dix-huitième siècle, cette famille se divise en deux branches, dont l'une se fixa dans la paroisse de Reignac, et l'autre alla habiter à Cherves.

    Le fief de l'Epine appartenait, au dix-septième siècle au baron de Blanquefort. Il devint ensuite la propriété de la famille Dupuy, qui l'a conservé jusqu'en 1860. Au dix-huitième siècle, Barbe, qui forme aujourd'hui un joli village, près du Né, était possédé par les Prigné de Guippeville, ancienne famille de la Saintonge.

    Criteuil-la-Magdeleine

     

    Le bourg de Criteuil-la-Magdeleine ( 438 hab.), à onze kilomètres sud de Segonzac et vingt-trois kilomètres de Cognac, est situé au sommet du coteau qui domine la vallée du Né. Son église est une église romane en croix latine du douzième siècle ; cependant les croisillons et le clocher sont de l'époque ogivale. Le portail est surmonté d'une riche galerie d'arcades portées sur des colonnettes.

    Cette église était, avant 1425, le siège d'un vicariat dont dépendaient plusieurs paroisses des environs ; elle relevait du diocèse de Saintes.

    Criteuil-la-Magdeleine

    L'ancien bourg de la Magdeleine, est agréablement situé près du Né. On y voit une vieille église, qui eut autrefois une grande importance, mais qui n'est plus remarquable que par son ancienneté.

    Documentation: J. Martin-Buchey ancien professeur d'histoire.1914-1917