• Birac

    http://www.cc-region-chateauneuf16.fr/Birac.html

     

    Le Bourg de Birac, à quatre kilomètres sud de Châteauneuf et vingt-neuf de Cognac, est groupé autour de son église, à gauche de la route de Châteauneuf à Barbezieux. 

     

    Birac

    Il est situé en contrebas de l'église. La toiture à deux pans faite de tuiles rondes, repose sur quatre piliers. Le lavoir est alimenté par une fontaine située de l'autre côté de la petite route. Bassin rectangulaire en deux parties, trois margelles en pierre, inclinées. À proximité, plusieurs pierres à laver. Une allée cimentée entoure le bassin dont le bord extérieur servait d'égouttoir.

    www.annuaire-mairie.fr/mairie-birac-16.html

    L'église primitive datait du treizième siècle; elle était remarquable par son style très pur et ses proportions élancées; mais des restaurations sucessives en ont complètement dénaturé le caractère. La façade actuelle date du seizième siècle et le clocher primitif a été remplacé par une simple arcade. Une restauration intelligente, accomplie en 1900, tout en changeant le caractère de l'édifice, en a fait une des plus charmantes églises du canton.

    Birac

     La commune de Birac  (368 hab.) en 2017, est desservie par deux routes importantes: la route de Châteauneuf à Blanzac ( route départementale n° 10 de Cognac à Ribérac) et la route de Châteauneuf à Barbezieux ( chemin de grande communication n°6 de Sauzé-Vaussais à Barbezieux) Ce réseau routier est complété par divers chemins vicinaux ordinaires.

    Birac

     Commune de Birac

     Une combe profonde, arrosée par un petit ruisselet, qui se perd au milieu des prés, et dominanée, au nord, à l'est et au midi, par des collines élevées, tel est l'aspect général de la commune de Birac.

    Birac

     

    Le haut plateau calcaire de la partie orientale est généralement sec et aride; il est en partie couvert par des bois importants, tels que les bois de la Fouillouse et le bois-Coupeaux. Du haut des collines qui limitent la commune au sud, la vue est magnifique s'étendant au loin jusqu'aux remparts d'Angoulême, dont les clochers se détachent sur l'azur du ciel. 

    Birac

     Le reste de la commune est riche et fertile et l'agriculture y est en grand honneur. De beaux vignobles y ont été reconstitués et l'abondance des fourrages y permet l'élevage de nombreuses vaches, dont le lait alimente une importance laiterie coopérative.

    Birac

    De nombreux fiefs étaient répandus sur le territoire de Birac. Un des plus importants était celui des Beauries , dont le logis conserve une magnifique porte de la renaissance. Ce fief appartenait, aux quinzième et seizième siècle, à la famille Dussault. Au dix-huitième siècle nous y trouvons la famille Jayet. Le 28 juin 1774, Jeanne-Ursule Jayet des Beauries épousait François Rambaud de Mareuil, dont l'oncle, Jean Rambaud, fut la souche de la famille Rambaud de Larocque.

    Birac

    Un autre fief important était celui du Maine-Charles, dont le logis domine le bourg de Birac. Ancienne possession de la famille Courand, le Maine-Charles passa d'abord aux Joubert, puis, vers le milieu du dix-huitième siècle, à la famille Tabuteau. Citons encore le Rosier, à l'extrémité de la commune, possédé, au dix-huitième siècle, par la famille Thevet, et les Gilberts, ancienne propriété de la famille Jousserand.

    Birac

     Documentations : Historique et communale de la Charente. J. Martin-Buchey  ancien professeur d'histoire 1914 -1917.

    Birac

     

    Birac

     

    Birac

     

    Birac

     

    Birac